Le déclin

Pourquoi les abeilles disparaissent ?


Beaucoup d'espèces d'abeilles sauvages sont en déclin, mais l'abeille mellifère se porte relativement bien !
Les causes principales du déclin des abeilles sauvages sont la perte d'habitat liée au développement de l'agriculture, de l'industrie et de l'urbanisation (destruction des sites de nidification et disparition des fleurs à butiner), les pesticides (insecticides, herbicides, fongicides), le changement climatique et les espèces invasives, y compris l'abeille domestique qui est introduite en grande densité dans des lieux où les fleurs sont limitées.




Est-il vrai que, sans abeilles, il n'y aurait plus rien à manger ?


Pas vraiment ! Une grande partie de notre alimentation repose sur des céréales et des plantes qui ne sont par pollinisées par les abeilles, comme le chocolat qui est pollinisé par des mouches ! Mais sans abeilles, certains fruits et légumes se feraient rares ou inexistants, seraient moins gros ou coûteraient tout simplement plus cher !




Si les abeilles disparaissent de la surface du globe, l'homme n'aurait-il plus que quatre années à vivre ?


Ah, la fameuse fausse citation d'Einstein ! Il n'a jamais dit ça et c'est bien évidemment faux ! Il existe plus de 20.000 espèces d'abeilles et, bien qu'elles soient essentielles pour la pollinisation de nombreuses plantes à fleurs, une grande partie de notre alimentation dépend de plantes étant pollinisées par le vent ou sans l'aide d'insectes. La disparition des abeilles serait tragique pour les écosystèmes qui ont eux besoin de leurs services de pollinisation, mais les chances que toutes les espèces d'abeilles disparaissent soudainement sont très très faibles.




Quelles espèces sont en voie de disparition ou protégées légalement ?


Actuellement, il n'existe aucune espèce d'abeille protégée par la loi en région bruxelloise, mais on y travaille ! La première étape pour savoir quelles espèces protéger est d'établir la liste des espèces actuelles, de voir lesquelles sont en déclin et de comprendre pourquoi. Certaines espèces recensées le siècle passé en région bruxelloise par le Musée Royal d'Histoire Naturelle de Belgique ont à présent disparu, de nombreuses autres sont devenues très rares, mais nous manquons d'information pour savoir si elles vont s'éteindre. Le projet d'atlas est là pour dresser un état des lieux et mieux comprendre quelles espèces sont en danger d'extinction et devraient faire l'objet d'une protection légale en région bruxelloise.





Les bases

Est-ce que toutes les abeilles vivent en colonie et font du miel ?


Non ! Il existe près de 400 espèces d'abeilles en Belgique, et seule l'abeille mellifère ( Apis mellifera) fait du miel. A l'exception d'une vingtaine de bourdons qui vivent aussi en colonies et de certaines abeilles du genre Lasioglossum, toutes les abeilles sauvages sont solitaires, avec des femelles construisant un nid individuel dans le sol ou une tige creuse et l'approvisionnant en pollen pour nourrir leurs larves.




Quelle différence entre un pollinisateur, une abeille et une abeille sauvage ?


Un pollinisateur est un animal qui assure la pollinisation, le passage de pollen d'une plante à une autre, permettant la fécondation et la formation de graines et de fruits. Les abeilles, beaucoup de guêpes, de mouches, de papillon mais aussi certains oiseaux et chauves-souris sont tous des pollinisateurs.
Les abeilles sont des insectes hyménoptères proches des fourmis et des guêpes. Exclusivement végétariennes, elles sont de très bons pollinisateurs et jouent un rôle essentiel dans la reproduction de la plupart des plantes à fleurs dans le monde. Il existe plus de 20.000 espèces d'abeilles dans le monde, 400 en Belgique et plus de 150 à Bruxelles. Les abeilles sauvages sont toutes les espèces qui ne sont pas gérées par l'homme, c'est à dire 99,99% des abeilles ! Seule l'abeille mellifère ( Apis mellifera) est une abeille domestique comparable à un animal d'élevage. Toutes les autres espèces d'abeilles sont sauvages !




Quelle différence entre une abeille et une guêpe ?


Les abeilles regroupent plus de 20.000 espèces à travers le monde, et les guêpes au moins dix fois plus ! Il existe de très nombreuses espèces de guêpes, la plupart solitaires, prédatrices ou parasites. Certaines espèces de guêpes sont sociales et vivent dans des nids en papier.
La grande différence entre les guêpes et les abeilles, malgré de très nombreuses variations d'une espèce à l'autre, reste le régime alimentaire : principalement végétarien pour les abeilles et principalement carnivore pour les guêpes !




Est-ce que toutes les abeilles piquent ?


Première chose : toutes les femelles d'abeilles ont un dard, mais aucun mâle n'en a. Donc si vous vous faites piquer en attrapant une abeille, vous savez que c'est une femelle ! Mais rassurez-vous, parmi les 400 espèces d'abeilles présentes en Belgique, la grande majorité sont incapable de vous piquer, ayant un aiguillon trop petit pour pénétrer votre peau et injecter du venin. Seules les abeilles domestiques, les bourdons et certaines espèces assez grandes de mégachilides et d'halictides sont capables de piquer en légitime défense, losqu'elles se sentent en danger de mort. Les abeilles sont très dociles et préfèront toujours prendre la fuite plutôt que de vous piquer!





Aider

Où me procurer une ruche pour aider les abeilles ?


Les abeilles mellifères qui vivent dans les ruches n'ont pas besoin d'aide, ce sont des animaux domestiques ! Elles ont autant besoin d'aide que les poulets dans le cadre de la protection des oiseaux de nos jardins. Installer une ruche pour sauver les abeilles sauvages, c'est comme installer un poulalier pour aider les mésanges et les rapaces !




Comment faire pour aider les abeilles sauvages ?


Le meilleur moyen est de leur offrir le gîte et le couvert - modifiez votre jardin pour inclure de nombreuses espèces de plantes mellifères indigènes et des lieux de nidification dans le sol ou dans des tiges creuses. Vous trouverez sur ce site une page complète dédiée à ces moyens simples et peu coûteux pour aider les abeilles !




J'ai trouvé une abeille ou un bourdon épuisé, que faire ?


Malheureusement pas grand chose, à part la déposer sur une fleur à proximité. Beaucoup d'abeilles et de bourdons ont une vie courte, et il est possible que celui que vous avez trouvé est en fin de vie, malade ou parasité. Sauver la vie d'une abeille individuelle n'a pas d'impact sur la dynamique populations, mais en suivant nos conseils sur ce site, vous pourriez transformer votre jardin en zone refuge aidant des dizaines d'epèces différentes !




Les hôtels à insectes, utiles ou pas ?


Les hôtels à insectes ou nichoirs à abeilles sont des structures artificielles à installer dans son jardin et permettant à certaines espèces d'abeilles de s'installer dans des tubes ou cavités adaptées.

Ces nichoirs à abeilles, tels que les nichoirs à oiseau, sont très utiles pour observer les abeilles de très près, mais n'aident finalement que très peu d'espèces car la plupart des abeilles sauvages sont terricoles et nichent directement dans le sol et non pas des cavités. Ils ont aussi besoin d'entretien régulier.





L'Atlas

Pourquoi un atlas des abeilles sauvages de Bruxelles ?


Très bonne question ! Nous savons que les populations d'abeilles sauvages sont en déclin à travers l'Europe, mais nous n'avons pas beaucoup d'informations sur la situation actuelle en région bruxelloise. L'atlas a pour but de rassembler toutes les connaissances actuelles sur les abeilles sauvages, d'établir la liste des espèces toujours présentes, des cartes de distribution et toute autre information importante sur leur habitat et leurs besoins, pour mieux comprendre l'évolution de leurs populations et comment leur venir en aide.




Qui finance et qui réalise ce projet?


L’Atlas est financé par Bruxelles Environnement ( IBGE) et mis en oeuvre par l’équipe du Prof. Nicolas Vereecken au Laboratoire d'Agroécologie de l'Université Libre de Bruxelles (ULB) en collaboration avec l' Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique, Natuurpunt et Natagora. C'est un projet de deux ans couvrant 2019-2020, avec une très petite équipe de recherche et la participation de nombreux bénévoles passionnés des abeilles.




Quand et comment sera disponible l'atlas ?


En fin 2020, un atlas illustré des abeilles sauvages de la région bruxelloises sera produit et distribué gratuitement en ligne au format PDF. Cet atlas contiendra des photographies, cartes de distributions et notes descriptives pour chacune des 150 espèces d'abeilles sauvages présentes à Bruxelles, ainsi que des conseils pour favoriser leur protection. Si les financements le permettent, une version imprimée sera également disponible.




Comment puis-je participer ?


Nous avons besoin de vous pour mener à bien ce projet ! Vous pouvez nous aider en nous communiquant des observations d'abeilles sur base de photos avec lieu et date et en les partageant en ligne.

Vous pouvez aussi nous aider en capturant des spécimens qui seront ensuite identifiés par des experts et conservés pour les études actuelles et futures. Ne vous inquiétez pas, nous vous expliquerons comment prélever de spécimens sans avoir d'impact négatif sur les populations sauvages.




Récolter des abeilles a-t-il un impact sur les populations?


Non! Une étude récente va en ce sens. Le prélèvement d'abeilles par filet ou piégeage en coupelles colorées à des fins scientifiques n'a pas d'impact sur la diversité, l'abondance et la composition des populations d'abeilles sauvages. Se déplacer à Bruxelles ou tondre sa pelouse a un plus grand impact que de récolter des abeilles à des fins scientifiques.

Donc vous pouvez récolter sans crainte des abeilles pour nous aider. Ces récoltes n'a pas d'impact négatif sur les populations et les spécimens nous permettront de mieux étudier les abeilles sauvages et de définir un plan d'action pour mieux les protéger.





Foire Aux Questions (FAQ)

About us >

Social networks >

Contact >

The Atlas of the Wild Bees of Brussels, funded by Brussels Environment and implemented by the team of Prof. Nicolas Vereecken at the Agroecology Lab of the Université Libre de Bruxelles, aims to better define the diversity, distribution, abundance and needs of more than 150 species of wild bees encountered in Brussels and to produce a document freely accessible and summarising the state of current knowledge.

WildBnB is the acronym of 'Wild Bees and Brussels' and refers to the concept of Bed and Breakfast (BnB), as our wild bees need nesting sites (bed) and host plants (breakfast) to survive and thrive in our urban environments. 

f_logo_RGB-Hex-Blue_512.png
Group.png
twitter-512.png
instagram-round-flat-512.png

Stéphane De Greef
Project coordinator

Agroecology Lab

ULB, Campus de La Plaine

T: +32 (0)2.650.6081

E: stephane.de.greef at ulb.ac.be

© 2019 WildBnB - ULB Agroécologie

All images by Nicolas Vereecken except when mentioned